Commission scolaire des Premières-Seigneuries

Passer au contenu

Votre école publique a changé!

Si l’on vous disait que les écoles primaires et secondaires publiques ne sont plus celles que vous avez connues, plus jeune? Qu’elles ont pris le virage de la recherche et de l’innovation? Petit portrait d’un réseau en constante évolution, pour répondre aux attentes des parents et des élèves.

Des programmes par dizaines

« Il y a 20 ans, si un élève désirait aller plus loin dans une passion, il devait se tourner vers les activités parascolaires offertes par son école. Aujourd’hui, nos écoles développent chaque année de nouveaux programmes particuliers de formation, et ont recours à des spécialistes pour encadrer les jeunes. Les cours qui y sont liés sont intégrés dans la grille des matières. Même les écoles primaires ont créé des programmes particuliers de formation, souvent en complémentarité avec l’offre de l’école secondaire du bassin », explique M. Yves Savard, directeur général adjoint de la Commission scolaire.

Plus de spécialistes en renfort

Psychoéducateurs, orthophonistes, psychologues, professionnels à la pédagogie, techniciens en éducation spécialisée, etc. : nos écoles primaires et secondaires comptent sur de nombreux intervenants spécialisés en soutien à la réussite, qui travaillent de pair avec les enseignants, pour aider les élèves à surmonter leurs défis. « Depuis 2011, la Commission scolaire a même augmenté d’environ 26 % l’embauche de ces spécialistes », affirme M. Érick Gaboury, directeur du Service des ressources humaines de la Commission scolaire.

Des enseignants-ressources dévoués

Les élèves du secondaire qui éprouvent des difficultés dans certaines matières, surtout au premier cycle, peuvent être épaulés par des enseignants pour réviser, sous forme d’ateliers ou de petits groupes. « On veut s’assurer que la base des apprentissages de ces jeunes est solide, qu’il n’y aura pas de retards qui vont s’accumuler. Cela peut aussi se combiner avec du soutien à l’égard de l’autonomie et du sens de l’organisation de l’élève », mentionne Mme Marie-Claude Asselin, directrice générale adjointe de la Commission scolaire. 

Des pratiques inspirées par la recherche en éducation

Les équipes-écoles du primaire et du secondaire cherchent constamment à mettre en place des méthodes pédagogiques qui ont fait leurs preuves pour la réussite des élèves. Elles sont donc branchées sur les nouvelles recherches probantes en éducation, et partagent leurs expérimentations. « Depuis quelques années, le modèle Réponse à l’intervention (RAI) soutient les pratiques. L’enseignant effectue des entretiens individuels avec les élèves, pour dépister leurs défis à relever, notamment en lecture – une habileté qui joue un très grand rôle sur la réussite – et tracer un portrait de classe. Grâce à ces données, l’enseignant peut adapter rapidement son approche, et former des sous-groupes de besoins, pour soutenir les élèves. Il va aussi privilégier l’enseignement explicite, soit une explication détaillée, étape par étape, d’une stratégie ou d’un comportement attendu. Lorsque les pratiques sont bien ciblées, on peut observer des améliorations auprès des élèves suivis en sous-groupe en quelques semaines! », explique Mme Julie Boulet, professionnelle à la pédagogie de notre commission scolaire. Du côté des directions d’écoles, des communautés de pratiques ont été créées, pour favoriser les échanges de données sur la recherche et les projets qui ont cours. Même les résultats scolaires des cohortes sont passés au crible, pour trouver des pistes d’amélioration.

De nouvelles voies pour diplômer les jeunes

Les écoles secondaires publiques ont mis au point des formules stimulantes pour des élèves qui, autrement, abandonneraient peut-être leurs études. « Un élève de 3 e secondaire a la possibilité de s’inscrire au Pré-DEP et en concomitance : il va continuer son cheminement à l’école secondaire ou au Centre de formation générale des adultes et commencer en parallèle un diplôme d’études professionnelles. Ces voies sont possibles parce que nos établissements forment un réseau de partenaires », soutient Mme Catherine Thomassin, coordonnatrice de la formation générale des jeunes au secondaire. Les élèves de 15 ans et plus peuvent également être guidés vers le Centre de formation en entreprise et récupération (CFER) des Premières-Seigneuries, une école-entreprise spécialisée dans la récupération du bois et du textile, où ils pourront acquérir des compétences sociales, scolaires et techniques qui les qualifient pour le marché du travail. 

Des services personnalisés pour les élèves aux besoins particuliers

Notre commission scolaire adapte sa stratégie pour chaque élève handicapé ou en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage (EHDAA) qui est accueilli. « Les enseignants, l’équipe de services complémentaires de l’école et nos Services éducatifs travaillent en étroite collaboration pour analyser les besoins de l’élève et déterminer l’option à retenir pour sa scolarisation, que ce soit en classe régulière ou en classe spécialisée », indique M. Éric Leclerc, directeur des Services éducatifs de la Commission scolaire.